Les ouvrières de l’ombre


A quelques semaines de l’ouverture du Logis, alors que les travaux sont sur le point d’être terminés grâce à l’engagement des entreprises pour ouvrir dans les temps, une toute autre équipe s’affaire. Il s’agit de la « team déco », qui s’occupe de l’aménagement des intérieurs de l’Espace Saint-Julien. Rencontre avec sa responsable, Nathalie Liguine.

Pourquoi vous êtes-vous investie dans ce projet, comment êtes-vous arrivée ici ?
Mon investissement dans le projet Saint-Julien démarre d’une rencontre avec l’un des fondateurs du projet, à mon arrivée à Laval il y a huit ans. Ce projet m’a tout d’abord intriguée, puis passionnée car je trouve extraordinaire cette volonté de créer un espace intergénérationnel, où populations de tous âges pourront vivre ensemble. J’ai été particulièrement touchée par le fait que ce projet complètement fou ne soit porté que par des bénévoles ! Etant par ailleurs « tombée dans le tissu » dès ma naissance et travaillant aujourd’hui au sein de l’entreprise des « Tissus d’Avesnières », c’est donc tout naturellement que j’ai proposé mon aide en particulier pour la décoration des lieux.

Quelles sont vos missions ?
Au début, j’ai participé à la décoration du Logis en fournissant des tissus. Ma mission s’est ensuite élargie à la décoration globale de l’Espace Saint-Julien, avec l’aide d’une équipe de six femmes qui s’est rapidement formée pour décider de l’aménagement et rendre cette maison chaleureuse et accueillante. Nous nous retrouvons une fois par semaine pour parler d’un sujet précis : le choix des couleurs - notamment des sols et des portes, ou encore des cuisines et salles de bain ont bien sûr été prioritaires. Est ensuite venue la sélection des rideaux et des meubles, dont certains récupérés dans des ventes aux enchères d’hôtels ou de restaurants. Nous avons même acheté le matériel d’un salon de coiffure !
Nous avons pris le parti de laisser les intérieurs des appartements dans une couleur claire afin que les futurs résidents puissent aménager eux-mêmes leurs lieux de vie et apporter leurs meubles et tout ce qui leur est cher. Seuls des murs de couleurs et rappels de carrelage ont été apportés dans les salles de bains, en tenant compte de toutes les normes de sécurité et de confort pour que nos anciens soient au mieux.

Votre mission s’achève bientôt, avec l’ouverture du Logis qui approche !
Oui, nous devons mettre les bouchées doubles pour être prêtes à temps ! Il reste beaucoup à faire pour que les futurs habitants de Saint-Julien se sentent « comme à la maison » : apporter des bibelots, coussins, tableaux qui rendront le Logis de plus en plus chaleureux. Et puis nous resterons bien évidemment à leur disposition, une fois installés, pour les aider dans leur propre aménagement s’ils le souhaitent. Restera aussi la question de l’aménagement des autres pôles à venir, selon les besoins. Et enfin, nous resterons attentives à l’évolution des aménagements pour que l’Espace Saint-Julien reste toujours accueillant !

Que retenez-vous de cette expérience, en quoi votre investissement au sein de ce projet vous marque-t-il ?
Le projet Saint-Julien, pour moi, c’est avant tout l’exploit d’avoir réussi à réunir de très nombreux talents bénévoles et professionnels dans une cohésion et une ambiance incroyables. Chacun vient avec ses talents, avec ce qu’il est, son rythme, selon les contraintes familiales ou professionnelles… Il y a beaucoup d’énergie positive, de bienveillance, de belles amitiés qui se sont créées ou confirmées.
Et notre souhait n’est pas que notre implication cesse à l’ouverture du Logis mais que nous fassions vivre cette belle initiative en étant présents dans la vie de tous les jours pour toutes ces générations mélangées.